Aujourd'hui : dimanche
17 décembre 2017
Initiatives de nos adhérents
Toulouse Métropole présente sa charte de la Lecture Publique

Amener les habitants de la Métropole, en particulier la jeunesse, à la lecture, à la création, à la culture, est un des grands défis pour les collectivités publiques. La charte de la lecture publique de Toulouse Métropole pose des principes clairs et favorise l’engagement de l’ensemble des acteurs dans le domaine du livre, de la lecture et des savoirs.

EN SAVOIR PLUS >
Communiqués de la FNCC

En hommage à Jack Ralite

La culture vient de perdre l’un de ses plus ardents combattants. Jack Ralite nous a quittés ce dimanche 12 novembre. Que ce soit en tant que maire d’Aubervilliers, ministre ou sénateur et, toujours, en tant que militant des arts et de la culture, il avait une manière incomparable, sensible, érudite, pleine d’humour et de poésie, et toujours convaincante de plaider pour l’exigence de l’imagination, le respect des artistes, la nécessité d’accompagner les voix de la création et le chemin de l’émancipation par la culture. Plus qu’un homme de culture, il fut un véritable stratège, défendant à l’échelle européenne et internationale l’exception culturelle contre l’abandon des arts aux règles de la pure concurrence prôné par l’AMI (Accord multilatéral sur les investissements). Il savait convaincre, enthousiasmer. Ce qu’il a su faire en créant, dès 1987, les Etats généraux de la culture où sa parole illuminait les enjeux culturels.
TELECHARGER LE COMMUNIQUE>>

En hommage à Michel Durafour

Michel Durafour vient de nous quitter ce jeudi 27 juillet à l’âge de 97 ans. Alors qu’il était maire-adjoint à la culture de la ville de Saint-Etienne, avant d’en devenir maire en 1964, l’ancien ministre de Valéry Giscard d’Estaing puis de François Mitterrand, éga-lement romancier, avait fondé en 1960 la Fédération nationale des centres culturels communaux (FNCCC). Elle deviendra par la suite la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC).
TELECHARGER LE COMMUNIQUE>>

La Lettre d'Echanges
A LIRE, dans le N° 157 : novembre 2017
Entretien avec Didier Gerardo, maire-adjoint à la culture de Crolles

Située dans le département de l’Isère, la ville de Crolles compte 8 500 habitants.
Avec un très faible taux de chômage lié à la présence de nombreuses entreprises et une population aux origines très diverses, Crolles est un terrain d’expérimentation optimal pour déployer des politiques culturelles attentives à la diversité des expressions culturelles. Didier GERARDO, qui succède à Claude Gloeckle comme maire-adjoint à la culture de Crolles depuis un peu moins d’un an, expose ses premiers choix d’action.

Quelles sont les priorités de votre projet culturel ?

Je ne suis en charge de la culture que depuis peu, et par ailleurs, je viens du monde associatif et plus précisément de l’univers du sport. Aujourd’hui, après avoir beaucoup échangé avec les responsables des politiques culturelles de la ville, je porte une attention particulière à la diversité culturelle et à ses enjeux. Nous avons déjà organisé, en lien avec la FNCC, un premier événement autour de cette thématique que nous allons reconduire l’année prochaine et faire perdurer dans les années futures. Une autre de mes priorités croise les politiques culturelles et sociales, en direction des personnes plus fragiles de ce point de vue et des personnes âgées en organisant des temps de culture dans des endroits inattendus. Par exemple, nous louons un appartement dans un quartier populaire de la ville pour faire du théâtre, avec une pièce pour laquelle deux rôles sont réservés à des habitants. Je suis ravi de porter cette initiative qui lance une passerelle entre des univers trop séparés et je vais poursuivre en ce sens, mais j’ai encore à apprendre...

Entretien avec Fabienne Tirtiaux, maire-adjointe à la culture de Saint-Genis-Laval

Située à quelques kilomètres du centre de Lyon, Saint-Genis-Laval fait partie de la Métropole de Lyon (59 communes). La ville compte 21 000 habitants. Elle participe, aux côtés de neuf autres communes, à la Conférence Lônes et Coteaux-du-Rhône, présidée par Roland Crimier, maire de Saint-Genis-Laval. Maire-adjointe à la culture et à l’événementiel, Fabienne TIRTIAUX expose les principaux axes de sa politique culturelle ainsi que les atouts que représente pour elle la concertation avec la Métropole. Mais aussi sa manière d’en défendre les budgets, face notamment à une opposition Front national.

Pourquoi avoir choisi le mandat à la culture ?
Je suis élue depuis neuf ans – d’abord en tant que conseillère déléguée à la culture et aujourd’hui maire-adjointe–, comme politique en partie mais surtout comme militante de la culture. C’est la délégation qui m’intéresse le plus, ce qui tient en partie à ma profession de juriste spécialiste en propriété intellectuelle mais correspond aussi au fait que j’ai pratiqué le théâtre en amateur, notamment dans ma jeunesse, en Belgique, et que j’ai le goût pour les histoires à partager.

Voir aussi les sommaires des précédents numéros